Blog

[Atelier de phases et de phrases en formation – Journal aléatoire – saison 10]

20/10/21

Nous étions nombreux
On a écrit sur le cercueil
des petits mots aux gros feutres
avec nos pleurs et nos sourires
il est parti comme ça
dans le feu
couvert de graffitis
disant qu’on ne l’oublierait pas
sur le London Calling des Clash
ça avait de la gueule
c’était fidèle

Bien lue, pas prix

Je n’ai pas eu le prix Aliénor d’Aquitaine, je suis déçue.
J’explore ce sentiment parce que je ne le croise pas si souvent, je remercie pour ça.
En le regardant de plus près il ne tient pas vraiment la route.
Avantage de l’âge, le besoin de reconnaissance ne prend plus tant de place dans ma vie.
Je reste un peu déçue tout de même, pour marquer le coup, parce qu’il y avait grand sujet de fierté à se trouver en lice pour ce prix.
Parce que c’était une histoire de la vie des livres, de la poésie, une improbable rencontre.
Parce que c’était noble, un vrai prix, aucun copinage.
Ma Quadrature de l’éphémère s’était retrouvée à concourir car l’un des membres du jury l’avait remarquée dans une librairie à Figeac dans le Lot, attiré par le titre.
La vérité
Il a acheté mon recueil, l’a lu et a été touché
Que vouloir d’autre ?

Pas question de bouder ma fierté d’être citée en si bonne compagnie

 

Accord Vins vivants & Poètes pas tous disparus… !

Texte fondateur d’un nouveau corps de métier : Sommelier-poète

Sans le vin, y aurait beaucoup moins de poètes… c’est une évidence, le vin nourrit les esprits créatifs. Que serait l’oeuvre de Baudelaire, d’Omar Khayyâm ou de Li po sans ivresse ? Sûrement moins puissante et profonde. Peut-être même que le vieux Buk aurait fini employé du mois à la Poste. Qui sait…

La suite est par ICI

10/08/21

A l’occasion d’un anniversaire

Pourquoi certaines personnes se sentent obligées de vous dire que vous ne faites pas votre âge ? Personnellement, ça me froisse. D’abord parce que je ne suis pas aveugle, c’est un mensonge, et puis parce que j’en suis plutôt fière de mes 62 ans. J’ai survécu jusque-là et c’est déjà pas mal, j’en connais quelques-uns arrêtés en plein vol, beaucoup pour qui la route fût bien plus courte et qui, j’en suis certaine, auraient bien aimé avoir 62 ans et même les paraître. En leur mémoire (et parce que je n’ai pas envie de passer mon énergie à lutter contre l’inéluctable), je porte fièrement mes rides et mes cheveux blancs, j’accepte les maux et tourments de l’âge. Je n’ai pas envie de faire jeune, je l’ai été, c’était cool, mais j’aime bien aussi être vieille, je me sens bien plus sereine, débarrassée de préoccupations inutiles, on m’écoute quand je parle (en général) et puis je me lève chaque matin avec le plaisir de ma vie et la conscience de la fragilité de tout – ce qui rend ce tout si précieux. Sans en avoir percé le mystère j’ai tout de même une meilleure compréhension de la vie, de l’humain, de l’amour…
Non, merci, je n’ai pas envie de faire plus jeune que mon âge, j’ai juste envie de faire « à l’aise dans mes chaussures confortables »

Message personnel

Aux amis de Facebook
Mon compte a été piraté (depuis les pays de l’Est semble-t-il), je n’y ai plus accès du tout, à Messenger non plus
Pour l’instant, pas l’envie de créer un autre compte, besoin de mon temps pour autres choses
On peut se voir sur Instagram
Je vous salue d’ici
Vie douce à tous


Vacances – Pause – Autres projets

Retour à la rentrée
ou pas 🙂

Vie douce à tous

05/07/21

 

Fragment rural (8)

Sur la bande son
l’eau de la fontaine
les clochettes des moutons
les ramages des oiseaux
les bruissements des cigales
les mots doux de l’été

WE 24

 

Un regard d’historien sur le présent, passionnant,

*

Un petit rafraichissement, en reprise ICI

*

Un superbe marabout de danse de confinement, par

02/07/21


Petit portrait (4)

Lui il peut tout faire
même l’impossible
Il suffit que ça l’amuse

01/07/21


Fragment local

Juillet jubile
les vacanciers en photo
dans les champs de lavande
en décapotable tête au vent
sourire aux lèvres
un peu du monde en visite
on partage

30/06/21


Petit portrait (3)

C’est le type de boss
qui parfois humilie
Un complexe
sans doute

29/06/21


Fragment rural (7)

On entend les voisins
gagner la partie de pétanque

28/06/21


Petit portrait (2)

C’est le genre de femme
qui prend le monde sur ses épaules
Il est trop lourd
évidemment

WE 23

L’étonnant homme chevreuil, c’est ICI

*

Je ne suis pas en accord avec tout ce qui se dit, mais j’aime bien y réfléchir,

prendre plaisir à être soi…

*

Une reprise, ICI

25/06/21

Petit portrait

Lui, c’est le type qui se lève avant tout le monde
et fait seul, tranquille
tout le ménage
des lendemains de fête

24/06/21

Fragment rural (7)

Un champ de blé
un champ de cerisiers
un champ de lavande
un champ de chevaux
un champ de vigne
un champ libre

23/06/22

Le boulot est dur
Bien sûr que les années pèsent comme dirait sa mère
Elle est au service, comme dirait Fabienne Swiatly
Le premier jour, elle a été surprise, elle en a pleuré
s’esquinter comme ça pour un salaire de misère
mais ce n’est pas la première fois, elle connaît le processus
on se dit qu’on n’y arrivera pas et puis on y arrive
à la fin de la journée on pense qu’on va démissionner
et puis ça passe, comme la douleur, les larmes
Elle a trouvé ses astuces
un doliprane avant d’y aller
un autre au milieu de la matinée
une ceinture pour ses reins
c’est inconfortable, ça tient chaud
mais elle pourra continuer à marcher après le travail
Ce n’est que pour quelques mois, elle le sait
elle convoque la guerrière
Elle pense à toutes celles pour qui c’est pire
et pour tout le temps
elle partage le sentiment

22/06/21

Quand les femmes se retrouvent
au solstice d’été
elles sont comme des sorcières
qui décideraient la marche du monde
elles sentent bien qu’ensemble
elles déplaceraient des montagnes
ou des vortex

[Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire]

Hélène Dassavray

Photo Antoine LnP – 2014

Blog

[Atelier de phases et de phrases en formation – Journal aléatoire – saison 10]

20/10/21

Nous étions nombreux
On a écrit sur le cercueil
des petits mots aux gros feutres
avec nos pleurs et nos sourires
il est parti comme ça
dans le feu
couvert de graffitis
disant qu’on ne l’oublierait pas
sur le London Calling des Clash
ça avait de la gueule
c’était fidèle

Bien lue, pas prix

Je n’ai pas eu le prix Aliénor d’Aquitaine, je suis déçue.
J’explore ce sentiment parce que je ne le croise pas si souvent, je remercie pour ça.
En le regardant de plus près il ne tient pas vraiment la route.
Avantage de l’âge, le besoin de reconnaissance ne prend plus tant de place dans ma vie.
Je reste un peu déçue tout de même, pour marquer le coup, parce qu’il y avait grand sujet de fierté à se trouver en lice pour ce prix.
Parce que c’était une histoire de la vie des livres, de la poésie, une improbable rencontre.
Parce que c’était noble, un vrai prix, aucun copinage.
Ma Quadrature de l’éphémère s’était retrouvée à concourir car l’un des membres du jury l’avait remarquée dans une librairie à Figeac dans le Lot, attiré par le titre.
La vérité
Il a acheté mon recueil, l’a lu et a été touché
Que vouloir d’autre ?

Pas question de bouder ma fierté d’être citée en si bonne compagnie

 

Accord Vins vivants & Poètes pas tous disparus… !

Texte fondateur d’un nouveau corps de métier : Sommelier-poète

Sans le vin, y aurait beaucoup moins de poètes… c’est une évidence, le vin nourrit les esprits créatifs. Que serait l’oeuvre de Baudelaire, d’Omar Khayyâm ou de Li po sans ivresse ? Sûrement moins puissante et profonde. Peut-être même que le vieux Buk aurait fini employé du mois à la Poste. Qui sait…

La suite est par ICI

10/08/21

A l’occasion d’un anniversaire

Pourquoi certaines personnes se sentent obligées de vous dire que vous ne faites pas votre âge ? Personnellement, ça me froisse. D’abord parce que je ne suis pas aveugle, c’est un mensonge, et puis parce que j’en suis plutôt fière de mes 62 ans. J’ai survécu jusque-là et c’est déjà pas mal, j’en connais quelques-uns arrêtés en plein vol, beaucoup pour qui la route fût bien plus courte et qui, j’en suis certaine, auraient bien aimé avoir 62 ans et même les paraître. En leur mémoire (et parce que je n’ai pas envie de passer mon énergie à lutter contre l’inéluctable), je porte fièrement mes rides et mes cheveux blancs, j’accepte les maux et tourments de l’âge. Je n’ai pas envie de faire jeune, je l’ai été, c’était cool, mais j’aime bien aussi être vieille, je me sens bien plus sereine, débarrassée de préoccupations inutiles, on m’écoute quand je parle (en général) et puis je me lève chaque matin avec le plaisir de ma vie et la conscience de la fragilité de tout – ce qui rend ce tout si précieux. Sans en avoir percé le mystère j’ai tout de même une meilleure compréhension de la vie, de l’humain, de l’amour…
Non, merci, je n’ai pas envie de faire plus jeune que mon âge, j’ai juste envie de faire « à l’aise dans mes chaussures confortables »

Message personnel

Aux amis de Facebook
Mon compte a été piraté (depuis les pays de l’Est semble-t-il), je n’y ai plus accès du tout, à Messenger non plus
Pour l’instant, pas l’envie de créer un autre compte, besoin de mon temps pour autres choses
On peut se voir sur Instagram
Je vous salue d’ici
Vie douce à tous

[Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire]

Hélène Dassavray

Photo Antoine LnP – 2014

Blog

[Atelier de phases et de phrases en formation – Journal aléatoire – saison 10]

20/10/21

Nous étions nombreux
On a écrit sur le cercueil
des petits mots aux gros feutres
avec nos pleurs et nos sourires
il est parti comme ça
dans le feu
couvert de graffitis
disant qu’on ne l’oublierait pas
sur le London Calling des Clash
ça avait de la gueule
c’était fidèle

Bien lue, pas prix

Je n’ai pas eu le prix Aliénor d’Aquitaine, je suis déçue.
J’explore ce sentiment parce que je ne le croise pas si souvent, je remercie pour ça.
En le regardant de plus près il ne tient pas vraiment la route.
Avantage de l’âge, le besoin de reconnaissance ne prend plus tant de place dans ma vie.
Je reste un peu déçue tout de même, pour marquer le coup, parce qu’il y avait grand sujet de fierté à se trouver en lice pour ce prix.
Parce que c’était une histoire de la vie des livres, de la poésie, une improbable rencontre.
Parce que c’était noble, un vrai prix, aucun copinage.
Ma Quadrature de l’éphémère s’était retrouvée à concourir car l’un des membres du jury l’avait remarquée dans une librairie à Figeac dans le Lot, attiré par le titre.
La vérité
Il a acheté mon recueil, l’a lu et a été touché
Que vouloir d’autre ?

Pas question de bouder ma fierté d’être citée en si bonne compagnie

 

Accord Vins vivants & Poètes pas tous disparus… !

Texte fondateur d’un nouveau corps de métier : Sommelier-poète

Sans le vin, y aurait beaucoup moins de poètes… c’est une évidence, le vin nourrit les esprits créatifs. Que serait l’oeuvre de Baudelaire, d’Omar Khayyâm ou de Li po sans ivresse ? Sûrement moins puissante et profonde. Peut-être même que le vieux Buk aurait fini employé du mois à la Poste. Qui sait…

La suite est par ICI

10/08/21

A l’occasion d’un anniversaire

Pourquoi certaines personnes se sentent obligées de vous dire que vous ne faites pas votre âge ? Personnellement, ça me froisse. D’abord parce que je ne suis pas aveugle, c’est un mensonge, et puis parce que j’en suis plutôt fière de mes 62 ans. J’ai survécu jusque-là et c’est déjà pas mal, j’en connais quelques-uns arrêtés en plein vol, beaucoup pour qui la route fût bien plus courte et qui, j’en suis certaine, auraient bien aimé avoir 62 ans et même les paraître. En leur mémoire (et parce que je n’ai pas envie de passer mon énergie à lutter contre l’inéluctable), je porte fièrement mes rides et mes cheveux blancs, j’accepte les maux et tourments de l’âge. Je n’ai pas envie de faire jeune, je l’ai été, c’était cool, mais j’aime bien aussi être vieille, je me sens bien plus sereine, débarrassée de préoccupations inutiles, on m’écoute quand je parle (en général) et puis je me lève chaque matin avec le plaisir de ma vie et la conscience de la fragilité de tout – ce qui rend ce tout si précieux. Sans en avoir percé le mystère j’ai tout de même une meilleure compréhension de la vie, de l’humain, de l’amour…
Non, merci, je n’ai pas envie de faire plus jeune que mon âge, j’ai juste envie de faire « à l’aise dans mes chaussures confortables »

Message personnel

Aux amis de Facebook
Mon compte a été piraté (depuis les pays de l’Est semble-t-il), je n’y ai plus accès du tout, à Messenger non plus
Pour l’instant, pas l’envie de créer un autre compte, besoin de mon temps pour autres choses
On peut se voir sur Instagram
Je vous salue d’ici
Vie douce à tous


Vacances – Pause – Autres projets

Retour à la rentrée
ou pas 🙂

Vie douce à tous

05/07/21

 

Fragment rural (8)

Sur la bande son
l’eau de la fontaine
les clochettes des moutons
les ramages des oiseaux
les bruissements des cigales
les mots doux de l’été

WE 24

 

Un regard d’historien sur le présent, passionnant,

*

Un petit rafraichissement, en reprise ICI

*

Un superbe marabout de danse de confinement, par

02/07/21


Petit portrait (4)

Lui il peut tout faire
même l’impossible
Il suffit que ça l’amuse

01/07/21


Fragment local

Juillet jubile
les vacanciers en photo
dans les champs de lavande
en décapotable tête au vent
sourire aux lèvres
un peu du monde en visite
on partage

30/06/21


Petit portrait (3)

C’est le type de boss
qui parfois humilie
Un complexe
sans doute

29/06/21


Fragment rural (7)

On entend les voisins
gagner la partie de pétanque

28/06/21


Petit portrait (2)

C’est le genre de femme
qui prend le monde sur ses épaules
Il est trop lourd
évidemment

WE 23

L’étonnant homme chevreuil, c’est ICI

*

Je ne suis pas en accord avec tout ce qui se dit, mais j’aime bien y réfléchir,

prendre plaisir à être soi…

*

Une reprise, ICI

25/06/21

Petit portrait

Lui, c’est le type qui se lève avant tout le monde
et fait seul, tranquille
tout le ménage
des lendemains de fête

24/06/21

Fragment rural (7)

Un champ de blé
un champ de cerisiers
un champ de lavande
un champ de chevaux
un champ de vigne
un champ libre

23/06/22

Le boulot est dur
Bien sûr que les années pèsent comme dirait sa mère
Elle est au service, comme dirait Fabienne Swiatly
Le premier jour, elle a été surprise, elle en a pleuré
s’esquinter comme ça pour un salaire de misère
mais ce n’est pas la première fois, elle connaît le processus
on se dit qu’on n’y arrivera pas et puis on y arrive
à la fin de la journée on pense qu’on va démissionner
et puis ça passe, comme la douleur, les larmes
Elle a trouvé ses astuces
un doliprane avant d’y aller
un autre au milieu de la matinée
une ceinture pour ses reins
c’est inconfortable, ça tient chaud
mais elle pourra continuer à marcher après le travail
Ce n’est que pour quelques mois, elle le sait
elle convoque la guerrière
Elle pense à toutes celles pour qui c’est pire
et pour tout le temps
elle partage le sentiment

22/06/21

Quand les femmes se retrouvent
au solstice d’été
elles sont comme des sorcières
qui décideraient la marche du monde
elles sentent bien qu’ensemble
elles déplaceraient des montagnes
ou des vortex

[Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire]

Photo Antoine LnP – 2014