Ce site a rencontré quelques problèmes qui on été réparés
S’il se trouvait dans vos favoris, la manipulation est à refaire (quelques pages, dont la page blog par exemple, ont maintenant une autre adresse). Il vous suffit de repasser par la page accueil. Merci de votre compréhension. 🙂


Chaque jour

Le soleil retentit à ma tempe
L’épiderme éclot
par touches écartelées

entre deux refuges

Après dissipation des brumes cérébrales

L’œil s’habitue à l’oeil
Le corps craque de soif
La langue en quête de saveur
refait le monde

Une porte va s’ouvrir

[Yves Boutroue in Nous remercions les paysages pour leur modestie – Editions Librairie-Galerie Racine]

De saison


On cherche la chaleur
d’où qu’elle vienne
sachant qu’on la fuira
dans quelques lunes

Aujournuit janvier 22 de l’an 2023


Sous un ciel griffé de mauve
de rose, d’or, et d’orange
le Luberon dans un bleu d’aquarelle
Sur le devant de la scène
l’or des anges
un vol d’étourneaux

Un dimanche de janvier


Mon très cher plus vieil ami,

Les nouvelles sont bonnes, compte tenu des circonstances.
Tu es chez toi, tes nuits sont calmes, tu ne souffres pas et ta Douce me dit que tu es debout dans la journée même si tu dors beaucoup.
Elle m’a dit que tu utilises ta tablette, donc tu dois lire ces mots.
Malgré la fatigue et le crabe, je sais que mes lettres te distraient et te touchent.
Aujourd’hui il fait froid et grand soleil, la maison est baignée de lumière.
Le Luberon fait le malin au loin. (suite…)


Weber a rapporté cette image à la maison, je ne sais pas pourquoi.

 

Une lettre de l’année dernière


Mon très cher plus vieil ami,

Je bois un petit porto (comme ma mère), en fumant une cigarette, dehors dans la nuit. Je pense à toi, à ma visite à l’hôpital cet après-midi. J’ai bien compris que ce n’était pas un bon jour, tu étais trop fatigué.
Nous n’avons pas fumé ce joint demandé que j’avais roulé avec amour, tu penseras à moi quand tu le fumeras, je suis heureuse que la bière fraiche t’ai fait tant plaisir.
Tu m’as dit : c’est la fin, c’est la vie… J’aurais voulu te demander plein de choses mais je voyais bien que tu étais épuisé. J’aurais voulu savoir si tu étais angoissé, tu ne le parais pas mais je sais bien que tu caches tes sentiments en grand solitaire que tu es. (suite…)

Aujournuit janvier 3 de l’an 2023


Je voudrais te partager mon bonheur de chaque soir
je ne suis pas photographe (comme j’aurais aimé !( Chanteuse aussi))
moi je n’ai que les mots

Le soleil sans rayon
juste une boule dorée
auréolée d’un rose qui s’étend à l’Est jusqu’à la falaise
et à l’extrême de l’Ouest
la colline de Murs

une flotte de petits nuages alignés
traverse tout l’horizon
surligne la courbe du Luberon
poussée par le vent

entre les pierres et le rose
un camaïeu de bleu se dégrade jusqu’au mauve

le temps de l’écrire
le soir est tombé

[En hiver la nuit arrive à 17h30 comme dans les livres de Marlène Tissot]

Gustave Junior


Gustave Junior, c’est le pari un peu fou d’un journal gratuit pour les 7-12 ans entièrement consacré à la poésie. Un petit format , utilisable en classe, dans les médiathèques ou chez soi, qui propose chaque trimestre le meilleur de la poésie contemporaine à hauteur d’enfant.

Honorée d’avoir contribué au N°4 de cette audacieuse aventure.

 

Saison 12


Merci à vous d’être là

Ma carte de voeux pour cette nouvelle année par ICI