Un dimanche matin

Mon cher Tonton Reporter,

J’ai le sentiment que nous sommes tous ébahis par ce qu’on appelle la fuite du temps, est-ce encore un cliché quand les mots sont si justes qu’on n’arrive pas à le dire autrement ? Cela fait bien longtemps que l’on ne s’est pas donné de nouvelles mais c’est le propre de l’amitié de se contrefoutre de la fuite du temps.
J’ai plaisir à voler quelques minutes pour t’écrire, minutes volées aux contraintes, celles du travail, de l’aménagement, de la chaleur.
Fait-il aussi chaud chez toi ? Le jour qui pèse ? Il n’y a que l’eau, on se relève plusieurs fois dans la nuit prendre une douche, se recoucher sans s’essuyer pour avoir presque froid. Je suis encore émerveillée de cette salle de bains royale à portée de pas après ces six années en caravane sans eau. (suite…)